In screaming Colors

La série de pièces uniques: 9 st/63 pcs

Format 18x24cm – 1 à 9 /63 pcs

La nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l’expansion des choses infinies,
Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens
Qui chantent les transports de l’esprit et des sens

hautbois, verts comme les prairies,
Et d’autres, corrompus, riches et triomphants »

Poème, extrait des Correspondances de C.Baudelaire

Shut up

Ce qui était au départ un idéal de rationalisation des rapports humains et  de l’homme à la nature (l’idéal des Lumières), est devenu un processus d’instrumentalisation. Sans limite il n’a pour fin que lui-même.
Nous sommes disait Heidegger dans l’ère de l’ « arraisonnement du monde». Où tout doit être mis à disposition et n’a de valeur qu’en tant que tel.

Un monde où la seule rationalité qui ait cours est celle de l’efficacité. Qui n’a d’autre ambition que  sacro-sainte « croissance ». L’essentiel c’est de « moderniser » et de produire toujours plus, en un mot d’ « avancer », peut importe vers où.